l’Ordre des Inquisiteurs du Barrage

l’Ordre des Inquisiteurs du Barrage

L’Ordre des Inquisiteurs du Barrage est l’institution chargée du contrôle et de l’éradication de la magie Théurgique. Les Collégiales des inquisiteurs présents sur l’ensemble du territoire des République de Technomagie et même au-delà. L’Ordre des Inquisiteurs demande un engagement total à ses membres qui prononcent des vœux les liant à vie à l’ordre auquel ils obéissent avec aveuglement. 

Ils luttent contre les cultes, sectes et institutions religieuses, mais aussi contre les abominations mort-vivantes. L’Ordre est aussi en charge de la protection, maintenance et administration du Barrage qui protège le territoire des Républiques de Technomagie des eaux infectées et putrides du Lac des Morts.

1 Origine et Missions

1.1 Origine 

L’Ordre des Inquisiteurs du Barrage trouve son origine dans les années qui suivirent la grande guerre contre les elfes, la destruction de l’Empire et l’apparition de la Sphère de Chaos. L’ordre fut créé par les Sept Technosages, comme réponse au phénomène d’aspiration Théurgique qui peut se résumer ainsi :

  • La disparition de la magie Essentielle est due à l’aspiration de l’Essence des individus de la terre de Grörst par les divinités
  • Cette aspiration théurgique affaiblit irrémédiablement la puissance Essentielle des individus de la terre de Grörst
  • Elle dote en échange les divinités de pouvoirs exorbitants
  • La magie Théurgique et les autres pratiques religieuses doivent être sévèrement contrôlées pour limiter l’aspiration théurgique et stabiliser la magie Essentielle.

L’Ordre des Inquisiteurs du Barrage fut chargé de cette mission de contrôle et d’éradication de la magie Théurgique. Ce rôle fut conçu comme le pendant « offensif » du rôle des Technomages qui ont pour mission « défensive » de stabiliser la magie Essentielle en l’hybridant avec la technologie.

La création de l’Ordre fut aussi évidemment fortement marquée par la grande guerre contre les non-morts et la création du Barrage (qui leur fut confié). La lutte contre les abominations mort-vivantes et la protection du Barrage restent toujours une prérogative essentielle des Inquisiteurs.   

1.2 Les 3 « missions » de l’inquisition 

Les trois missions sacrées de l’Ordre des Inquisiteurs sont définies par la trinité des mots d’ordre : Edificat ! Epuriat ! Purificat ! : 

  • Edificat ! : Correspond à la mission de construction, maintenance, et opération du barrage, protection ultime de la terre des hommes libres contre les armées des non morts.  
  • Epuriat ! : Correspond à la mission de traque et destruction des cultes, religions, hérésie théurgistes et de leurs adeptes, où qu’ils se trouvent et qu’elle que soit leur condition ou leur rang.
  • Purificat ! : Correspond à la mission de reconquête du domaine des hommes, au-delà du barrage, c’est au nom de cette mission que les Inquisiteurs, et les troupes de volontaires envoyés par les Républiques vont porter la guerre sur les terres des mort-vivants.

Un inquisiteur doit théoriquement couvrir les trois missions. Des spécialisations sont possible, mais les inquisiteurs passeront obligatoirement par les 3 missions dans leur carrière.

1.3 Symboles

Les armes de l’Ordre des Inquisiteurs du Barrage porte les principaux symboles de l’Ordre

Blason des Inquisiteurs du Barrage

Le triangle rectangle représente à la fois les trois missions de l’inquisition et la rectitude de l’institution, son respect absolu de ses vœux.

Les trois couleurs représentent :

  • Le gris des pierres du Barrage,
  • le Rouge du sang versé pour l’épuration théurgique,
  • et le Blanc de la pureté retrouvée

La rondache représente le rôle de protection de l’Ordre des Inquisiteur : protection du monde des hommes et protection de la Technomagie contre l’aspiration théurgique

La masse cloutée est l’arme traditionnelle des inquisiteurs dans leur lutte contre les non morts (une arme plébiscité dans la grande guerre contre les non-mort pour son efficacité et sa simplicité). Celle-çi a également acquis une symbolique propre avec les siècles: Elle est là pour « ouvrir les cranes ». C’est à dire libérer les esprits des pensées théurgistes.

2 Organisation Générale

L’Ordre des Inquisiteurs du Barrage est organisé autour d’implantations locales : les collégiales, des structures d’apprentissage favorisant les relations maîtres-élèves, et d’une surveillance mutuelle des inquisiteurs permettant d’assurer le strict respect des règles de l’Ordre.

2.1 Les Collégiales

Les collégiales sont les implantations locales de l’Ordre des Inquisiteurs du Barrage. On en trouve une dans toutes les grandes villes des Républiques de Technomagie, mais aussi plusieurs implantées dans les abords du Barrage, et jusque dans les territoires des morts.

Plus récemment des collégiales se sont installées dans les colonies du Nord ouverte par les Barons de Roche. Ce territoire s’annonce prometteur comme nouveau front de lutte contre la Théurgie en s’attaquant aux cultes païens et au chamanisme des Barbares du Nord.

Le pouvoir des collégiales est relativement autonome de l’autorité centrale de l’Ordre (qui est la Grande Collégiale du Barrage). Chaque collégiale est dirigée par un Recteur (et son Commissionnaire du Dogme). Ce qui peut entraîner des évolutions locales et applications des règles légèrement différentes d’une Collégiale à l’autre.  

Le dialogue inter-collégiale se fait principalement au sein des Consistoires du Dogme : la réunion des Commissionnaires du Dogme des différentes collégiales). Il est aussi d’usage que les Recteurs des Collégiales entretiennent des échanges épiscopaux réguliers avec leurs collègues.

La collégiale du Barrage conserve toujours une évidente prééminence sur les autres, par sa taille et son importance historique. Mais d’autres collégiales comme la collégiale des Pures, ou la collégiale des Simples ont acquis un rayonnement spécifique due à leur pratiques et doctrines originales.

2.2 Les Comices

- Maître et Commissionnaire

Le Maître Inquisiteur dirige les opérations de la Comice autour des trois missions « Edificat ! Epuriat ! Purificat ! » et il est responsable de l’enseignement auprès des membres de l’Alumnat et du Juvénat. Il agit sous le contrôle du Recteur de la Collégiale.

Le Commissionnaire du Dogme a un rôle de surveillance de l’application du Dogme dans la comice. Il agit comme directeur de conscience et conseiller du Maître Inquisiteur.

Maître et Commissionnaire sont liés par une relation à vie. Si l’un des deux vient à mourir avant l’autre, il est fréquent que l’autre ne tarde pas à le rejoindre dans la mort, qu’il parte vivre en Hermite dans les Marches des Morts ou qu’il quitte l’Ordre.

Les Commissionnaires ont également la possibilité de siéger aux consistoires du Dogme pour assurer le dialogue inter-collégiales et l’harmonisation du Dogme. Dans la majorité des cas, seul les Commissionnaires attachés à un Recteur participent effectivement aux consistoires.

- L’Alumnat

L’alumnat des Comices représente le gros des troupes: les inquisiteurs du Barrage qui n’ont pas encore atteint le statut de Maître. Un Alumnat rassemble généralement entre 6 et une trentaine d’Inquisiteurs.

Durant l’Alumnat, les Inquisiteur obéissent au Maître de leur Comice et reçoivent son enseignement. L’Alumnat est censé être une période de formation pour les Inquisiteurs, toutefois celui-ci n’as pas de durée fixée et certains Inquisiteurs y restent toute leur vie. Un Inquisiteur peut demander sa mutation dans une autre comice ou même une autre collégiale, mais celle-ci est soumise à l’accord des deux maîtres.

Un Maître peut décider d’élever un Inquisiteur membre de son Alumnat au grade de Maître. Dans ce cas, le commissionnaire du Maître désigne parmi l’Alumnat un commissionnaire qui sera attaché au nouveau Maître à vie. C’est ensuite le Recteur de la Collégiale qui assigne des Inquisiteurs dans l’Alumnat du nouveau Maître pour créer sa Comice.

- Le Juvénat

Le Juvénat correspond aux années de formations initiale des Inquisiteurs du Barrage avant qu’ils ne prononcent leurs vœux et portent la tonsure. Il dure généralement entre 2 et 5 ans.

Pendant son Juvénat, un jeune inquisiteur reçoit l’enseignement du Maître de la Comice, parfois assisté de membre de l’Alumnat. Il est également souvent d’usage de désigner un « parrain » du futur Inquisiteur parmi l’Alumnat, celui ayant pour rôle de le guider vers ses vœux. A l’issue du juvénat, le jeune Inquisiteur prononce ses vœux, reçoit la tonsure rituelle, puis il est affecté à un Alumnat, habituellement différent de celui où il a fait son Juvénat.

L’entrée au Juvénat se fait sur la base du volontariat. Cependant une bonne partie des effectifs provient des familles vivant sur le territoire du Barrage. Elles donnent alors un fils pour échapper à de lourds impôts et pouvoir conserver leurs terres. Parmi les volontaires on trouve assez souvent d’anciens soldats des républiques ayant servi sur le Barrage et souhaitant poursuivre leur engagement.

3 Les Vœux des Inquisiteurs

3.1 Obéissance

L’Inquisiteur doit obéissance absolue à l’Ordre.

Cette Obéissance se manifeste par une hiérarchie stricte entre les membres de l’Ordre, les Inquisiteurs doivent une obéissance stricte au Maître de leur Comice, les Maîtres une obéissance stricte aux Recteurs.

3.2 Discipline

L’Inquisiteur doit vivre chaque instant en accord avec ses vœux et se soumettre à la discipline de l’Ordre.

Le respect des vœux des Inquisiteurs passe par des séances d’examen de conscience. Celles-ci se déroulent entre l’Inquisiteur et son Maître ou entre un Maître Inquisiteur et son Commissionnaire du Dogme. Chaque manquement aux vœux, en acte ou en pensée, est punie d’une peine de contrition que l’Inquisiteur devra s’infliger ou qui lui sera infligé par ses frères.

3.3 Intransigeance

L’Inquisiteur doit faire preuve d’une intransigeance totale vis-à-vis de l’utilisation de magie théurgiste, ou de la pratique religieuse.

Les Inquisiteurs ne peuvent prendre le risque de laisser se développer une pensée théurgiste, des cultes ou religions sur le territoire des Républiques de Technomagie. Ils font preuve d’une grande intransigeance, écrasant sans tarder la moindre trace d’hérésie.

3.4 Persévérance

L’Inquisiteur doit poursuivre sa mission sans relâche et ne jamais abandonner face à l’adversité.

Les Inquisiteurs sont connus pour leur persévérance et leur volonté indéfectible. Ils accomplissent ce qu’ils ont démarré ou périssent en essayant.    

3.5 Courage

L’Inquisiteur doit affronter ses peurs, dépasser ses limites et mépriser le danger.

Le courage des Inquisiteurs n’est plus à démontrer, il s’illustre depuis des siècles dans la lutte contre les non-morts et chaque génération d’Inquisiteur tiens à tenter d’égaler les exploits ancestraux de l’Ordre.

3.6 Chasteté

L’Inquisiteur doit se consacrer intégralement à l’Ordre, ne prenant ni femme ni concubine.

Si les inquisiteurs font effectivement preuve d’une grande chasteté vis-à-vis de la gente féminine, l’homosexualité est globalement la norme dans l’Ordre.

Les relations amoureuses entre Inquisiteurs sont très fréquentes, qu’elles soient entre un Maître et son Commissionnaire, un Maître et son élève, un Inquisiteur et un membre du Juvénat, ou simplement entre Inquisiteurs de même rang. Dans la mesure où elle ne détourne pas l’Inquisiteur de ses missions ou de ses vœux, ce type de relations sont bien acceptées.

3.7 Probité

L’Inquisiteur ne cherchera pas l’enrichissement personnel et traitera les affaires de l’ordre avec probité.

En plus de leur rôle central dans l’administration des Territoires du Barrage, au fil des siècles l’Inquisition a acquis un grand nombre de biens autour de ses Collégiales. Qu’ils s’agissent d’Auberges, de Bâtiments ou de Fermes, elles sont gérées avec minutie par les Inquisiteurs.

Les inquisiteurs ont acquis une grande réputation de gestionnaire efficace et d’une grande honnêteté. Ils ont fait prospérer l’institution et celle-ci fait office de référence dans les Républiques de Technomagie.

Les services des Inquisiteurs s’étendent d’ailleurs aujourd’hui à des services financiers : ils assurent des transferts d’Argent d’une collégiale à l’autre et des prêts et parfois même l’assurance de navires ou chargement commerciaux.

4 Collégiales Spéciales

4.1 La Grande Collégiale du Barrage

4.2 La Collégiale des Simples

La collégiale des Simples est une institution à part dans l’Ordre des Inquisiteurs du Barrage. Elle se distingue par des pratiques extrêmes dans son combat contre les non-morts, son ascétisme, la discipline de fer auquel se soumettent ses membres. Le dogme central de la collégiale des Simples est :

« Libérés de tout artifices, le corps et l’esprit sont la meilleure arme de l’Inquisiteur contre les abominations théurgistes ».

Les Inquisiteurs membres des Simples s’astreigne à des entraînements quotidiens exigeants et intensifs afin de former leurs corps et leurs esprits au combat contre les non-mort et les prêtres théurgistes. Ils vivent une vie éprouvante marquée par un ascétisme profond, refusant confort, repos et plaisirs.

Cette discipline extrême leur apporte une très grande cohésion et des capacités physique et mentales exceptionnelles. Ils ont ainsi l’habitude de supporter des conditions extrêmes, combattent ordinairement les non-morts à mains nus et sans armures, et même si ces capacités restent rares, on trouve chez eux une plus grande proportion de lanceurs de sort Mentalistes que dans la population ordinaire.

Vivant habituellement reculé du monde, la collégiale des Simples est située loin dans les Marches des Morts au Nord-Ouest de la Citadelle de Broyeos. Atteindre la collégiale est en soi déjà une épreuve tant le chemin pour y accéder est réputé pour ses nombreux dangers.

La collégiale des Simples a également essaimé d’autres établissement de moindre importance, appelés « Hermitage des Simples » qui rassemblent habituellement quelques Inquisiteurs autour d’un Maître Inquisiteur établit dans une région reculée et dangereuse. Il est aussi assez courant que la Collégiale des Simples détache pour une courte durée un ou deux inquisiteurs en mission spéciale, on dit alors qu’ils font un « petit Hermitage » mais reste sous l’autorité directe de leur Maître et du Recteur de la Collégiale.

Les candidats à l’entrée chez les Simples doivent prouver leur valeur dans un Juvénat bien plus rigoureux que celui d’une collégiale ordinaire (il est d’ailleurs fréquent que les candidats à l’entrée chez les Simples aient déjà effectué un Juvénat ordinaire au préalable). Ils subissent un entrainement extrêmement éprouvant et son mis en compétition permanente. A l’issue de ces épreuves, seul un petit nombre d’entre eux pourra en effet rejoindre les rangs des Simples.

4.3 La Collégiale des Pures

La Collégiale des Pures fut créée en 173 par le Chevalier Rochois Fridvald de Gruswold. Chevalier de la noblesse de ville de Roche et Paladin. C’est à la suite de son engagement dans la guerre des Marches (conflit qui le marqua fortement et dans lesquels il perdit plusieurs frères) qu’il s’engagea à poursuivre le combat contre les non-morts et les abominations théurgique au sein de l’Inquisition. Il forma la Collégiale des Pures avec ses anciens « frères d’armes », tout en se plaçant sous l’autorité du Recteur de la Collégiale du Barrage.

La collégiale des pures est réputée pour son intransigeance absolue allié aux sens du courage et de la valeur hérités des chevaliers de Roche, elle prône une recherche obstinée de la pureté et de l’honneur.

Les membres de la collégiale sont encore aujourd’hui majoritairement issus de familles nobles de Roche qui conservent un lien important avec la collégiale des Pures. Les Pures en ont adopté en partie les techniques de combat et l’équipement, avec une prédilection pour la cavalerie lourde.

La collégiale se distingue par son intolérance et son refus du compromis qui en fait une force dont l’opinion est redoutée lors des consistoires du Dogme. Les conflits avec les autres collégiales sont réguliers ainsi que les accrochages avec d’autres institutions (comme les Technomages ou le Culte du Desséché), et seul l’autorité suprême du Recteur de la Grande Collégiale permet d’apaiser l’ardeur des pures.

Les Inquisiteurs de la Collégiale ont développé des capacités magiques inédites orientées vers le combat qui leur permettent aussi bien de renforcer leur protection contre les abominations, de se soigner et s’entraider que de frapper leurs ennemis au moyen de sortilèges.

L’origine exacte de cette magie fait débat. Les Pures considèrent qu’il s’agit de magie Essentielle (c’est-à-dire semblable à celle manipulée par les Technomages) rendue accessible par leur engagement et leur pureté. Mais l’opinion des Technomages est divisé sur ce sujet, car l’aspiration Théurgique a rendu la magie Essentielle évanescente et quasiment impossible à manipuler sans catalyseurs.

4.4 La Collégiale Maudite de Rot-Krisut

La collégiale de Rot-Krisut fait partie de la légende noire de l’Inquisition. Les détails de cette histoire restent incertains, le mythe et le secret de l’ordre s’entremêlant pour en obscurcir les contours.

La collégiale de Rot-Krisut aurait été créée en 466-V par un maître inquisiteur nommé Satos Killis et issue de la Collégiale des Pures. Guerrier expérimenté et inquisiteur reconnu celui-ci aurait souhaiter porter la guerre chez l’ennemi en érigeant une Collégiale isolée et fortifiée loin dans le territoire des morts.

Les premières années de la collégiale de Rot-Krisut semblent avoir été marquées par un certain succès, même si elle dut faire face à de nombreux assaut des hordes mort vivantes. Le lieu acquis une grande renommée, attirant nombre de recrues et faisant espérer un nouveau recul des territoires mort-vivant (semblable à l’époque mythique de la reconquêtes et des fondateurs des républiques de Technomagie).

La communauté de Rot-Krisut grandie et attira également des civils. Au fait de sa gloire le lieu devait rassembler quelques centaines d’individus, peut-être un millier. Des représentant des autres ordres, Technomages et Pèlerins Noirs du Desséché (et membres de l’Ordo Corvos), s’y établirent avec pour projet d’étudier les terres souillées qui s’étendent au-delà du Barrage pour venir à bout des monstruosités qui la peuple.

Cependant, à mesure que la communauté grandissait, les Inquisiteurs de Rot-Krisut, gonflés d’orgueil, s’éloignèrent peu à peu du dogme de l’Ordre et ils renièrent peu à peu leur vœux. La rupture fut définitivement consommée lorsque Satos Killis et ses séides refusèrent la convocation du Recteur de la Grande Collégiale, d’un trait laconique déclarant qu’ils ne servirait plus : « Non Serviam ».  

Les récits divergent sur ce qu’il advint ensuite de la Collégiale Maudite de Rot-Krisut. Certains prétendent que privé du soutien venu du Barrage et des autres Républiques de Technomagie, elle fut rapidement submergée par les armées des morts. D’autres disent que c’est l’Ordre lui-même, et notamment la Collégiale des Pures qui menèrent une expédition punitive pour extirper l’hérésie de Rot-Krisut, n’hésitant pas à éradiquer jusqu’au dernier leurs anciens frères d’Armes. Enfin une rumeur prétend que l’hérésie de Rot-Krisut se poursuivie jusqu’à l’abomination ultime, rejoignant volontairement les forces armées des Nécropoles.

5 Relations de l’Inquisition

5.1 Relations avec les Technomages

5.2 Relations avec les Républiques

5.3 Relations avec le Culte du Desséché

Les relations du Culte du Desséché avec l’Ordre des Inquisiteurs du Barrage sont complexes.

De par sa nature même, le culte du Desséché est une pratique Théurgique. Ce qui va en opposition directe avec les principes de l’Ordre des Inquisiteurs du Barrage qui vise à bannir toute religion et pratique théurgique des terres des républiques de Technomagie. De plus, de pars ses origines proches du clergé de Gosternsko, le culte du Desséché est irrémédiablement lié à la nécromancie. Tandis que l’Inquisition combat au quotidien les hordes mort-vivantes des nécromants sur le territoire des morts.

Cependant malgré ces oppositions fondamentales, le culte du Desséché jouit globalement d’une grande tolérance de la part de l’Inquisition, pour plusieurs raisons. Tout d’abord pour des motifs historiques et pratiques, le culte du Desséché a eu, et a toujours (via les Pèlerins Noirs) un rôle clef dans la lutte contre la Malpeste et les morts vivants. Mais un autre point important qui justifie la tolérance de l’inquisition tient dans l’organisation du culte : un clergé restreint en nombre, des fonctions précises liées aux rites funéraires, pas de prosélytisme ou de prière dans la population. Cette limitation est vue comme une garantie permettant de limiter l’aspiration théurgique liée au culte à un strict minimum.

Malgré cette grande tolérance, des frictions et incidents ont inévitablement lieu occasionnellement entre les membres les plus fanatisés des deux ordres. Il existe des débats au sein de l’ordre des Inquisiteurs du Barrage entre les tenant majoritaires d’une ligne pragmatique et la tendance dure qui considère que toute théurgie doit être implacablement éliminée.

Le principal point de crispation des rapports avec l’Inquisition est généralement l’Ordo Corvos, qui par sa volonté de recherche de connaissance sort du rôle strictement pratique du clergé (éviter que les morts ne se relèvent). Plusieurs incidents ont eu lieu, dont des massacres de prêtres, mais ce sont resté des cas isolé grâce à la bonne coopération entre les instances dirigeantes des deux ordres, cherchant à éviter les scandales.