Le Monde Hellénistique (Pierre Cabanes)

Le Monde Hellénistique (Pierre Cabanes)

Aujourd’hui un premier post sur un livre que j’ai lu. Donc on va commencer par le dernier livre que j’ai terminé : Pierre Cabanes, « le monde hellénistique, de la mort d’Alexandre à la paix d’Apamée (323-188 AEC) » dans la série « Nouvelle Histoire de l’Antiquité ». Je te raconte ici un peu c’est quoi ce bouquin, de quoi ça cause, ce que j’en ai pensé, et pourquoi je lis ça.

monde hel

1 Le livre

C’est le tome 4 / 10 de la série, que je lis, pour l’instant dans l’ordre : 1 La Grèce préclassique, des origines à la fin du VIeme siècle, 2 La Grèce au Veme siècle, de Clisthène à Socrate, 3 Le IVeme siècle grec, jusqu’à la mort d’Alexandre. La suite va s’intéresser un peu plus au monde romain (forcément).

Pour le livre en lui-même c’est un format poche de 235 pages avec annexes, cartes, généalogies, chronologie, indexes thématiques, et sources bibliographiques, le tout écrit par un professeur d’université. C’est un bouquin académique, au sens où il est destiné à l’étude, potentiellement universitaire du sujet. C’est donc pas vraiment de la vulgarisation, en même temps le sujet reste très vaste (on parle de l’histoire d’une zone allant du sud de l’Italie à la l’inde sur plus de 100 ans donc il s’en passe un peu des trucs quand même).

2 Ca parle de quoi

Bon alors justement il s’y passe quoi ?

Alors en gros, tu dois avoir au moins vaguement entendu parler du keum qu’on appelle Alexandre le Grand. Bon bah après avoir conquis un royaume de ouf (cf carte), le gars a cané bêtement d’une mauvaise fièvre (c’est balo). Et apparemment quand on lui a demandé à qui il laissait son royaume, il aurait répondu un truc du genre :

800px-Mapa_de_Alejandrías.svg

« Chicanez-vous bande de bolos, YOLO »
Alexandre.

Donc voilà en gros ça part de la, c’est vite un bon bordel entre les anciens généraux du garçon qui veulent chacun récupérer leur morceau. Y’a en gros 3 grosses familles qui se partagent le gâteau, les Antigonides qui vont reprendre la partie Macédoine (dont Alexandre était originaire), les Lagides qui vont se prendre la partie l’Egypte (Alexandrie, Alexandra, tout ça, tout ça, mais un peu plus en fait), et les Séleucides qui prennent le reste, soit en taillant large la Mésopotamie et la Perse.

Alors le bouquin parle de cette période. Evidemment ça se chicane pas mal, c’est pas forcément facile à suivre en détail les évolutions. Mais au final c’est pas la partie la plus importante, ni la plus intéressante du livre. En fait les guerres et changements de territoires ne représentent qu’une petite partie du bouquin, une trentaine de pages (réparties au début et à la fin du livre), plus un résumé qu’autre chose, qui donne un contexte d’ensemble.

Le gros du livre (comme le reste de la série d’ailleurs) est en fait un peu plus proche de la vie des gens de cette époque que des 3 – 4 couillons qui s’étaient proclamés chefs. Donc ça parle de comment les gens s’organisaient et vivaient, avec des organisations politiques très diverses entre les cités états, les ethnès (en gros des zones qui rassemblaient campagnes et villes en organisations qui étaient, peut-être, proche du fédéralisme), les grands royaumes, et les grandes métropoles qui avaient des statuts un peu spécifiques (Athènes, Alexandrie, Syracuse, Antioche, Pergame).

Pour chacune de ces différentes organisations, il y a des choses à dire sur les aspects économiques et leurs implications sociales, les éléments culturels et religieux, les progrès de la science (notamment mathématique, astronomie, médecine, mécanique avec la bibliothèque d’Alexandrie) ou de la philosophie (écoles épicurienne, stoïcienne et cynique qui apparaissent en plus des courants platonicien ou aristotélicien).

De ces points de vue-là c’est une période très riche, avec des réflexions intéressantes, sur le sens de l’appartenance au monde grec (question de l’identité) sur une période ou le cadre géographique initial est complètement explosé (on peut presque parler de mondialisation).

Bref y’a de quoi dire. Du coup je vais quand même te raconter la fin (spoiler alert) : à la fin c’est les romains qui débarquent et qui s’imposent de plus en plus comme la force qui va dominer la méditerranée (bon il leur faudra quand même encore un peu moins de 200 ans pour y arriver complètement, ça sera l’objet du tome 5 : Les Grecs. De la paix d’Apamée à la bataille d’Actium (188-31 AEC)).

3 Mais pourquoi je lis ça ?

Bah pour plusieurs raisons,

Déjà je trouve ça intéressant, comme je disais plus haut, y’a pleins de trucs dans ces bouquins. Et un des aspects que j’aime bien avec l’histoire antique c’est que c’est suffisamment loin (et pour moi peu connu) pour qu’en le lisant je « découvre » réellement des choses sans trop d’à priori. Je trouve que ça permet de réfléchir à froid, d’avoir des points de comparaisons éloignés et froids qu’on peut regarder pour prendre du recul par rapport à notre situation actuelle, parce que les gens faisaient et pensaient différemment.

Dans le bouquin, y'a un chapitre entier sur la question de l'identité Grecque, Miam!
Dans le bouquin, y’a un chapitre entier sur la question de l’identité Grecque, Miam!

Ensuite y’a des trucs marrants, les anecdotes c’est le sel de l’histoire, bon ben y’a toujours des trucs marrant / un peu fou dans ces bouquins. Un exemple ici : Est-ce que tu savais que Pyrrhus (le général qui a donner son nom à l’expression « une victoire à la Pyrrhus »), avait un gros orteil droit magique qui pouvait guérir des maladies (il faisait des massages avec son gros orteil droit) et quand on a brûlé son corps, le gros orteil est resté intact (magie!).

Voilà ce genre de délire je trouve ça trop bon, déjà y’a un côté t’as l’impression de voire les pouvoirs magiques aléatoires du monde de Lanfeust de Troy, et puis d’un autre côté j’imagine le gars qui s’est dit : « bon pour que le peuple me respecte, faudrait que je m’invente un pouvoir magique qui montrera que je suis leur chef légitime » et qui en est arrivé à se dire « mouai, voilà, on va dire que mon gros orteil droit il est magique, c’est une bonne idée, on va me respecter pour ça ».

Enfin c’est pas si pénible à lire que ça en a l’air. C’est vrai des fois c’est un peu touffu et je retiens clairement pas tout surtout quand y’a des mouvements de troupes dans tous les sens sur des endroits ou la géographie a quand même un peu changer de nom depuis. Mais globalement je préfère faire un petit effort en plus pour lire des bouquins académiques un poil plus complexe que de prendre des trucs de vulgarisation qui ont pas forcément une approche critique de l’histoire.

Une réaction au sujet de « Le Monde Hellénistique (Pierre Cabanes) »

  1. Tout à ton honneur en effet de partir des sources plutôt que des interprétations de tel ou tel… Peut être tu pourrais envoyer un exemplaire aux différents prétendants du pouvoir pour leur donner des pistes de réflexion…. car ils ne sont pas très bon dans ce domaine en ce moment.

    massage à partir du gros orteil….fallait qu il soit aussi un peu contorsionniste ce cher Pyrrhus:):)

Laisser un commentaire