Confessions d’Histoire – D’Alexandrie à Actium

Confessions d’Histoire – D’Alexandrie à Actium

Aujourd’hui petit article pour parler de Confessions d’Histoire. Le nouvel épisode est sorti fin de semaine dernière, j’ai kiffé !

1 De la vulgarisation historique ?

D’ordinaire, je suis pas forcément fan de la vulgarisation historique (et je préfère même souvent lire des bouquins un peu académiques). La vulgarisation historique donne souvent à voir l’histoire comme des faits parfaitement établis (alors qu’il est dure d’avoir des certitudes) et présente pas forcément l’aspect méthodologique et critique de la discipline. Quand c’est pas le grand n’importe quoi des faits romancés et arrangés pour servir une vision simpliste ou un agenda politique. Comme le résume si bien Histony en parlant des derniers méfaits de Stéphane Berne:

Si vous voulez en savoir plus sur pourquoi la vulgarisation c’est souvent limite, regardez histony démonter Berne:

ou Guillemin:

En attendant qu’il démonte Confessions d’Histoire ;).

2 Pourquoi ca me plait

Mais je trouve que Confessions d’Histoire est vraiment super bien fait, et pour plusieurs raisons.

2.1 c’est lol

D’abord c’est drôle. Et l’humour a plusieurs avantages (au delà du fait tout bête que c’est rigolo à regarder).

L’humour permet une distanciation du discours. Quand quelqu’un fait une blague on s’attend pas à ce que ça soit 100% vrai. Par l’utilisation de l’humour sur un discours historique, le spectateur est plus à même de prendre du recul face à ce qu’on lui dit, et à se poser la question si c’est vraiment les faits (ou du moins ce qu’on en connaît objectivement) ou si c’est juste pour faire une bonne punch line. Il est moins engagé à croire tout ce qu’on lui dit, et plus poussé dans une attitude critique.

L’autre avantage de l’humour, c’est que ça permet de dédramatiser les faits. Quand on parle Histoire, et surtout la grande Histoire, les faits, au delà des anecdotes, sont rarement rigolos en eux même, c’est des guerres, des assassinats, etc… Face à des faits tragiques, ça peut être tentant de les raconter sur un mode tragique. Donc avec un ton grave et sérieux, des gentils, des méchants, une morale à la fin de l’histoire… toutes les bonnes recettes du théâtre tragique en fait. Et ça, bah c’est quand même le meilleur moyen de dire de la merde et de perdre toute nuance. Alors que l’humour permet ici de dédramatiser le truc et de garder l’attention du spectateur tout en restant plus nuancé.

2.2 La parole aux personnages

L’autre aspect que je trouve très bon dans Confessions d’Histoires c’est le fait de donner la parole aux différents personnages. Au début ça à l’air d’être juste un truc inspiré du pire de la télé réalité:

En réalité, ça permet d’avoir potentiellement des points de vue légèrement différents entre les différents protagonistes. Et même si une vision globale se dégage, elle est faite par petite touche. Ca me semble assez adapté pour vulgariser de l’histoire, ou finalement le travail d’historien est justement d’essayer de reconstituer une vision à partir de sources variées et contradictoires parlant d’un même fait. (Globalement j’aime beaucoup les récits à plusieurs voix, de Game of Thrones (les livres), à Hypérion, ou la Horde du Contrevent).

L’autre avantage du format, c’est de donner uniquement la parole aux personnages et pas aux historiens modernes (ce qui peut sembler paradoxal). Les émissions de vulgarisation qui font intervenir un historien le place dans une position d’expert, d’autorité, de source de vérité. Et comme le temps est limité et que c’est de la vulgarisation, elles ne font intervenir ces « experts » que de façon brève et sans contradicteur du même niveau. En refusant de faire la place à un discours d’expert le programme ne se place pas dans une posture d’autorité.

Encore une fois il éveille l’intérêt du spectateur et l’engage à chercher par lui même plus de détails.

2.3 Les sources

Enfin, c’est basique mais le programme cite ses sources principales, et met à disposition des informations complémentaires sur son site web pour argumenter les différentes positions défendue par les personnages dans le programme. Ca permet d’en savoir un peu plus et de commencer à creuser.

Voila, pas grand chose de mauvais à dire sur cette émission, j’attends la suite avec impatience. Ils se pressent pas forcément pour les faire sortir (mais si la qualité est au rendez vous, je suis pas contre). Si ca t’as plus et que tu veux en voir plus, tu peux leur donner un petit coup de pouce.

2 réactions au sujet de « Confessions d’Histoire – D’Alexandrie à Actium »

Laisser un commentaire