[Battle Report] De Bellis Antiquitatis – La Bataille de la rivière sèche

[Battle Report] De Bellis Antiquitatis – La Bataille de la rivière sèche

Second rapport de bataille du Tournoi du Grand Cassoulet, après Warhammer Warcry, aujourd’hui: une partie de De Bellis Antiquitatis (DBA). Il s’agit ici d’un combat entre une armée de Romains « Polybiens » (II/33) et de Gaulois (II/11). Sur cette bataille les Gaulois défendent.

1 Ordres de batailles 

1.1 Romains 

Les romains ont fait le choix d’une légion « full romain », avec 6 Lames (Bd) mais pas de troupes auxiliaires.

  • 1 Général (Cavalerie, Cv)
  • 1 Equites (Cavalerie, Cv)
  • 6 Hastati / Principes (Lames, Bd)
  • 2 Triarii (Lances Sp)
  • 2 Vélites (Psiloi Ps)

1.2 Gaulois 

Pour les gaulois on est sur une version de l’armée plutôt basé sur la cavalerie, avec seulement 6 plaquettes de Bandes Guerrières (Wb), et un général monté sur un char (mais c’est surtout parce que c’est plus classe).

  • 1 Général sur char léger (Char léger, Cv)
  • 4 Cavaleries gauloise (Cavalerie, Cv)
  • 6 Guerriers gaulois (Bandes Guerrières, Wb)
  • 1 Javeliniers (Psiloi, Ps)

2 Le déploiement

Après avoir consulté les auspices, les légions romaines du consul Caius Julius Lamulus s’avancent en territoire gaulois. Après avoir longtemps repoussé l’affrontement, les tribus gauloises rassemblées sous le commandement approximatif du chef Bibix ont décidé de livrer bataille.

Les offrandes ont été faites dans les Nemetons. Les dieux souterrains ont accepté goulument le sang du sacrifice et murmuré un plan sinistre aux chefs gaulois : Laisser les légions romaines venir s’enferrer entre un marécage putride et une sombre forêt. Là, leur ligne ne pourra pas se déployer en plein et les gaulois combattrons avec la faveur des dieux.

De Bellis Antiquitatis, Romains Polybiens II/33 contre Gaulois II/11

C’est ainsi que le chef Bibix déploya ses troupes. Le centre du dispositif constitué de deux corps de cavalerie et du char de commandement, appuyés sur leur gauche par les bandes guerrières (avec ordre de s’enfoncer dans le bois). Enfin sur l’aile gauche deux autres corps de cavalerie (dans l’espoir de contourner le bois), et sur une aile droite un peu courte, les javeliniers.

Face à lui, le consul Lamulus mis la légion en ordre de bataille sur une longue ligne, son aile droite couverte par un corps d’Equites, l’aile droite sous le contrôle du Consul et des Vélites.

3 Ouverture du combat

Le gaulois manœuvre sur son premier tour pour faire avancer son centre, et lancer la cavalerie de l’aile gauche contourner le bois.

Rapidement la cavalerie romaine se porte à la rencontre des gaulois pour éviter de se faire contourner. Elle s’avance vers la rivière et constate que le cours d’eau est presque asséché, il ne gênera pas le mouvement des troupes.

De Bellis Antiquitatis, Romains Polybiens II/33 contre Gaulois II/11

La ligne romaine s’ébranle à son tour et avance en bon ordre à travers la rivière. Le consul Lamulus, voyant l’aile droite des gaulois plutôt dégarni envoie les vélites en avant pour tenter de se porter sur le flanc de l’armée gauloise.

4 Le choc des cavaleries, la menace des vélites

C’est par-delà le bois que le combat s’engage entre les cavaleries. Supérieur en nombre, la cavalerie gauloise a tôt fait de disperser les Equites romains qui laisse le flanc droit de l’armée romaine sans protection (Score : Gaulois 1, Romains 0).

De Bellis Antiquitatis, Romains Polybiens II/33 contre Gaulois II/11

Mais au même moment l’armée gauloise voit apparaitre une sérieuse menace sur son flanc droit. Les vélites romains se rapprochent dangereusement et pourraient réussir à contourner l’armée gauloise. Les Vélites ne craignant pas de s’engager dans le marécage, la menace est réelle.

5 L’affrontement des centres

C’est cet instant décisif que les dieux gaulois choisissent pour frapper. Le consul romain inquiet de voir la cavalerie déborder le bois par sa droite et souhaitant repositionner sa ligne ne parvient pas à ordonner aux vélites de pousser leur avantage.

Les Romains finissent donc de franchir la rivière et les deux lignes se rencontrent dans un choc frontal.

Les gaulois reculent presque intégralement face à ce premier choc, mais en assez bon ordre. Seul le char du général parvient à faire reculer un contingent de Hastati.

De Bellis Antiquitatis, Romains Polybiens II/33 contre Gaulois II/11

C’est alors que se produit une surprise sur l’aile droite : alors que tout le reste de la ligne recule, les javeliniers gaulois réussissent à détruire une des unités de vélites romain leur faisant face (Score : Gaulois 2, Romains 0).

6 Le débordement par le bois et la fin des combats

Les bandes guerrières envoyées par les gaulois dans le bois finissent par en émerger, scellant le destin des Romains. Face à la fureur gauloise, c’est d’abord un contingent de Principes qui se fait déborder (Score : Gaulois 3, Romains 0).

La bataille semble tourner en faveur des gaulois au centre. Mais sur l’aile gauche gauloise, la cavalerie apparait désorganisée et ne reçoit plus d’ordre depuis un moment. Le Romain sentant une opportunité y envoie un contingent de légionnaire. La manœuvre romaine est habile, et menace la cavalerie mais elle ne suffit pas à changer le cours de la bataille.

Et c’est finalement au centre que la bataille prend son tour final, et lorsqu’un contingent de Triarrii est perdu aux bandes guerrières, le consul romain se voit contraint de sonner la retraite et la fin des combats (Score Final : Gaulois 4, Romains 0).

Le consul Lamulus devra expliquer ce revers devant le Sénat et il faudra attendre un autre membre de la gens Julia pour réellement soumettre les gaulois chevelus. Le chef Bibix quant à lui célèbre une victoire bien fugace, les différentes tribus gauloises reprenant bien vite leurs luttes internes une fois l’envahisseur repoussé.

2 réactions au sujet de « [Battle Report] De Bellis Antiquitatis – La Bataille de la rivière sèche »

  1. Ô, infortuné Consul Lamulus Julius Caesar. Gageons que la gens Julia fournisse à Rome des chefs de guerre plus doués qui sauront mater cette Gaule fougueuse.

Laisser un commentaire